Suivez le fil

Les industries textiles de la Région Nord - Pas de Calais

Etude d’une concentration géographique d’entreprises et de sa remise en cause.
Thèse présentée en 1976 à l’Université de Haute Bretagne par Michel Battiau

Pour comprendre pourquoi l’industrie textile du Nord Pas-de-calais, lainière en particulier, s’est installée là et comment elle a structuré tout un territoire.
Pour comprendre, aussi, les prémices de son déclin, juste avant la mondialisation.

Un ouvrage publié en 1976 en tant que thèse de doctorat par Michel Battiau, qui deviendra professeur d’université en Géographie et publiera de nombreux ouvrages sur l’industrie et son impact sur la géographie spatiale et humaine dans le monde.

Un tout grand merci à l’auteur de nous avoir permis de numériser cet ouvrage.

Avant propos
"L’idée de cette étude a été suggérée initialement par la contemplation du paysage des grandes cités textiles du Nord-Pas-de-Calais. Les cheminées qui jaillissaient de beaucoup de leurs quartiers, et les hautes usines qui les accompagnaient, indiquaient la grande concentration d’industries textiles contenue dans ces localités. Les battements rythmés des métiers à tisser contribuaient parfois, à Calais notamment, à rendre cette présence encore plus obsédante.

Ce spectacle incitait à d’abord chercher à préciser davantage l’ampleur du phénomène, puis à se demander pourquoi ces branches, que rien ne rattachait impérativement à leur environnement immédiat, s’étaient accumulées précisèment là. L’impression était très différente de celle perçue en traversant le Bassin Minier où les témoins de l’extraction étaient accompagnés de centrales électriques, d’unités d’industries lourdes, sidérurgie, non ferreux, chimie de base, etc ... tout ceci formant une chaîne aux maillons bien visibles.

L’aspect architectural des constructions textiles, l’abandon de certaines déjà amenaient à s’interroger sur l’évolution actuelle. Ces vieux murs abritaient-ils des forces de renouvellement ou n’étaient-ils que les derniers témoins d’un phénomène en cours d’extinction ?

Ces trois préoccupations constituent chacune le thème fondamental d’un ou plusieurs chapitres de cette étude.

(...)
L’accent a été mis sur le rôle des entreprises, car ce sont elles qui en saisissant les occasions favorables, ou en surmontant les difficultés ont été, en définitive, l’agent fixateur essentiel de ces industries. On s’est par conséquent tout particulièrement attaché à essayer d’analyser les contraintes qui s’exercent sur les firmes et la façon dont elles réagissent.

Dans ce secteur industriel, l’action de l’Etat a été faible. Il n’est qu’un client modeste. Ces industries n’avaient pas une importance stratégique considérable. Les capitaux nécessaires au démarrage d’une affaire sont restés à portée de l’initiative privée. De plus, la forte structure familiale de ces entreprises les a rendues méfiantes vis-à-vis de toute ingérence étatique. La seule chose qui a été constamment demandée à celui-ci c’est une politique douanière protectionniste. C’est probablement par ce biais là que son action
a le plus influencé le devenir du textile.

(...)
Le textile a, au cours des années récentes, peu intéressé les géographes qui ont été plutôt attirés par des industries plus récentes, comme l’automobile, l’aéronautique ou l’électronique, dont la rapide expansion au cours de ces dernières décennies a fait des agents nouveaux de structuration de l’espace. Il était très enrichissant d’analyser des polarisations en train de se mettre en place, et pouvant même engendrer des régions.

L’étude du textile est intéressante, à l’heure actuelle, non seulement parce que le devenir de ce secteur influence encore fortement l’évolution de quelques régions précises en Europe Occidentale, mais aussi parce que la réflexion sur ce secteur peut fournir des enseignements d’une portée plus générale. La remise en cause des localisations présentes dans les vieux pays industrialisés est un premier exemple de processus qui vont apparaître dans d’autres activités, ou qui commencent déjà à le faire, au cours des années à venir, dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler le "redéploiement industriel".

L’examen de l’évolution du textile permet de saisir sur le vif jusqu’à quel point joue l’inertie des localisations et comment la dialectique de la concurrence étrangère et des transformations technologiques tend à provoquer des bouleversements de plus en plus profonds et rapides à l’intérieur d’un secteur industriel.

Le textile avait été l’un des premiers secteurs à se concentrer spatialement lors de la première révolution industrielle ; il tend, de nos jours, à retrouver une nouvelle mobilité géographique. Il apparaît de cette façon comme une activité-test en matière d’évolution de la répartition spatiale des industries, et, à ce titre, il mérite de retenir toute l’attention du
géographe.
"


Avant propos(PDF)

Chap 3. Les raisons de la concentration des industries textiles dans le (...)(PDF)

Chap 1. Les industries textiles : définitions, principales caractéristiques(PDF)

Chap 2. La concentration des industries textiles dans le Nord-Pas de (...)(PDF)

Chap 6. La transformation des données humaines et ses conséquences (...)(PDF)

Chap 4. L'évolution des données techniques et ses conséquences (...)(PDF)

Chap 5. L'évolution des données du marché et ses conséquences (...)(PDF)

Chap 10. Bilan et perspectives de l'évolution du textile dans le Nord - (...)(PDF)

Chap 7. Evolution des différentes industries textiles du Nod-Pas de Calais (...)(PDF)

Chap 8. Les industries du lin et du coton(PDF)

Chap 9. Les autres industries (bonneterie, production de dentelles, tulles, (...)(PDF)

Cartes (19)(PDF)

Bibliographie(PDF)

Liste des figures(PDF)

Table des matières(PDF)

(PDF)

Notre Filière laine


Annonces

Avec le soutien de

La Filière laine bénéficie du soutien de la Région wallonne et du Feder - Interreg VA Grande région

Une création 13pixels.be