Suivez le fil

Objectifs et genèse de la Filière laine

La Filière laine vise plusieurs objectifs :

  • conscientiser le consommateur/citoyen à la valeur de la laine et à l’importance de cette filière,
  • préserver le travail des éleveurs ovins, professionnels et amateurs,
  • pérenniser le savoir-faire des artisan(e)s et travailleurs,
  • préserver et générer de l’activité autour des transformations de la laine,
  • rendre toute son utilité contemporaine à cette ressource naturelle, noble et durable qu’est la laine.

Comment tout cela a-t-il commencé ?

Mi-2010, Sophie Deger et Ygaëlle Dupriez, de l’asbl NGE2000, se rendent compte que l’exploitation de la laine de nos moutons pose des questions d’ordre économique, écologique et même éthique. En effet, au fil de conversations et de rencontres informelles, elles ont recueilli des témoignages interpellants venus de sources différentes.

Un éleveur ovin professionnel leur fait part de plusieurs questions auxquelles il se trouve confronté :

  • il ne sait pas à quoi sa laine sert ;
  • son prix de vente ne couvre même pas les frais de tonte ;
  • des clients de ses colis de viande l’interpellent sur sa laine mais il ne sait quoi leur répondre. De son côté, une responsable d’un centre touristique centré sur la laine explique qu’elle reçoit beaucoup de questions de visiteurs en quête de produits en laine ou voulant se « débarrasser » de quelques toisons. Par ailleurs, elle souhaite diversifier ses activités autour de la laine mais ne sait pas toujours comment valoriser les toisons produites par son domaine. Un négociant en matériaux d’éco-construction leur fait découvrir l’intérêt de l’isolant thermique et acoustique en laine de mouton. Mais il leur parle aussi des difficultés d’approvisionnement, de constance de la qualité, de recherche d’entreprises, etc.

Travaillant à NGE 2000, agence de développement territorial en province de Luxembourg (Belgique), elles décident de faire quelques recherches, se demandant « s’il n’y a pas quelque chose à faire » autour de la laine.

Rapidement, elles se rendent compte que la situation est très contrastée :
côté négatif :
disparition quasi totale - sur le territoire belge - d’entreprises travaillant la laine ;
la quasi totalité de la laine récoltée part en Chine, sans exigence de qualité ;
méconnaissance de la laine de la part d’un grand nombre de professionnels (designers, industriels, artisans, bergers, etc.),
la majorité des artisans achètent leur laine sur des sites internet. Elle provient d’Australie, en passant le plus souvent par la case « Chine » pour les opérations de lavage, cardage, teinture, etc.
côté positif :
présence de nombreux éleveurs ovins, professionnels ou amateurs ;
présence à Verviers d’une des dernières entreprises de lavage de laine d’Europe ;
demande de consommateurs pour des matières naturelles, nobles, durables ;
existence de nombreux artisans/artisanes qui travaillent la laine... venue d’ailleurs (voir plus haut)

Deux questions se posent donc : Est-ce que la valorisation locale de la laine peut devenir un outil de développement local durable ? et Que faire, comment et avec qui ?

Phase d’analyse : petite enquête préliminaire

Avant tout, il était important de pouvoir réaliser une (petite) radiographie de la situation existante sur le sort donné à la laine. En 2010, des éleveurs de la province de Luxembourg ont été contactés par courrier et - lors de la foire de Libramont - l’enquête a été proposée à tous les éleveurs.

Malgré le nombre restreint de réponses, nous avons pu constater, par la suite, que les résultats obtenus reflétaient la réalité : la laine en tant que matière première est encore trop sous-valorisée. Le travail de création d’une filière laine prenait donc tout son sens !

Informations de base

Questionnaires distribués :

  • 220 par envoi postal
  • 20 lors de la foire de Libramont

Nombre de réponses :

  • 51 réponses
  • soit un taux de réponse de 21,25 % Cheptel total de l’enquête :
  • 4.387 têtes

Taille des exploitations

  • 38 exploitations de moins de 100 têtes (74, 51 %)
  • 13 exploitations d’au moins 100 têtes (25, 49 %)

Localisation des exploitations

  • 38 exploitations situées en Province de Luxembourg (74, 51%)
  • 13 exploitations situées hors Province de Luxembourg (25, 49 %)

Races composant le cheptel de l’enquête

Autres animaux de type laineux recensés

  • Alpaga (24)
  • Lama (10)
  • et chèvres angora (18)

Par qui s’effectue la tonte de la laine

Principales couleurs des toisons

Comment la laine est-elle valorisée ?

Il ressort de l’enquête une quantité moyenne de laine produite de
3,4 kg par tête (tous animaux confondus)
(*) Calculé sur base soit du poids indiqué par l’éleveur ou à défaut
d’un poids moyen théorique de 2,3 kg de laine par tête lorsque
l’éleveur n’a pas mentionné le poids de sa récolte.

Quels prix de vente de la laine ?

L’enquête distingue des prix de vente moyens

  • aux organismes de collecte 0, 60 € / kg
  • aux particuliers :
    • laine de mouton 2, 23 € / kg
    • laine d’alpaga 15, 00 € / kg

Quelle qualité de laine pour quels usages ?

L’Ardennais-roux, race la mieux représentée dans notre région,
fournit une laine beige de qualité moyenne
avec laquelle on fabrique principalement
de la literie et des tapis.
Ces mêmes articles sont également réalisés
avec les toisons des Suffolk.
Le Texel, le Bleu du Maine,
mais surtout l’île de France
(issu de croisements avec des Mérinos) et le Swifter
fournissent des toisons de qualité plus douce une fois filées
permettant ainsi différentes applications textiles.

Vos avis sur la gestion de la laine et la filière laine

Brainstorming, réflexion et lancement de la Filière

Une matinée de travail intitulée Valoriser ICI la laine de moutons - Est-ce possible ? Avec qui ? Comment ? est organisée le 3 septembre 2010. Elle réunit près de 60 personnes : éleveurs amateurs et professionnels, associations d’environnement, de développement local, d’éleveurs, entreprise de négoce de laine, de vente de produits, de lavage (etc.), artisans, représentants politiques, etc.

Différents contacts ont été pris, dans toute la Belgique et en France. Heureusement, le lien est rapidement fait avec l’ATELIER Laines d’Europe, qui travaille depuis de nombreuses années, à revaloriser la laine et ses savoir-faire, à mettre les acteurs en réseau, à insister sur la transparence des transformations, etc.

A l’issue de cette rencontre, un Comité de pilotage de la (future) Filière laine est mis en place et démarre ses travaux. Après avoir fixé ses objectifs il rédige sa charte que vous pouvez consulter dans la rubrique qui lui est consacrée.

Le rapport complet de la matinée fondatrice de la Filière laine peut être lu ci-dessous.
Un article paru dans la revue de la FICOW reprend les principaux résultats de l’enquête.


Filière Laine_Rapport-matinée-réflexion_03-09-2010(PDF)

Enquête-filière-laine-2010_art.FICOW(PDF)

Notre Filière laine


Annonces

Avec le soutien de

La Filière laine bénéficie du soutien de la Région wallonne et du Feder - Interreg VA Grande région

Une création 13pixels.be