Suivez le fil

Notre charte

La création de la Filière laine s’est faite dans un objectif de développement durable et local des activités de valorisation de la laine.
Notre charte reprend le constat, les objectifs, les partenaires et les actions de la Filière laine qui a démarré fin 2010.

Les premiers signataires de notre charte sont les membres du "Comité de pilotage". Celle-ci inclut deux aspects :

  • la logique de production de la laine et la logique de réflexion/action de la Filière laine.
  • Ces deux logiques sont présentées d’abord sous forme d’un schéma, ensuite sous forme de texte.

La logique de production de la laine

Les éleveurs
Sont amateurs ou professionnels, et produisent la laine.
Les éleveurs peuvent être professionnels (au moins un des revenus du ménage dépend de leur activité d’élevage ovin) ou amateurs.
La laine n’est aujourd’hui qu’un sous-produit pour eux, par rapport à la viande ou au lait.
Les éleveurs amateurs sont davantage concernés par les difficultés de débouché de la laine, surtout pour les toutes petites quantités ; tandis que les éleveurs professionnels sont davantage concernés par la question du prix de la laine, qui intervient dans leur équilibre économique.
Les éleveurs connaissent mal la laine et s’en sont désintéressés tellement son prix a baissé.
Aujourd’hui, ils pourraient s’y ré-intéresser, non seulement grâce au prix qui a augmenté, mais parce que certains pourraient préférer trouver une valorisation locale plutôt qu’asiatique de leur laine. Cette valorisation pouvant aussi, entre autres, permettre une stabilisation du marché local de la laine.
Bien entendu, la filière laine pourrait participer à ce que les éleveurs trouvent une meilleure valorisation de leurs laines, qu’elle soit locale ou internationale. Cette meilleure valorisation nécessite une augmentation de la qualité et de la présentation des laines. Cette augmentation de qualité naîtra d’une conscientisation plus large autour des caractéristiques, débouchés et potentialités de la laine, mais aussi des contraintes des transformateurs.
Certains éleveurs, atypiques, élèvent des moutons pour leur laine. Et il existe quelques élevages de chèvres angoras et d’alpagas ou lamas.

La Laine - Les laines
Chaque race de mouton a une laine aux caractéristiques différentes.
Chaque type de laine est représenté en quantité différente.
Il est important de trouver le meilleur débouché pour chaque laine et chaque volume
Les troupeaux de la région sont composés principalement de Texel (français et hollandais), Inra (Romane), Île de France, Suffolk, vendéen, Bleu du Maine et Roux ardennais. On trouve cependant une série d’autres races en quantité moindre : Laitier belge, Gotland, Est à laine mérinos, Mule, Swifter, Mergelland, Entre Sambre et Meuse, Charolais, Hampshire, Rouge de l’ouest, etc.
Chaque laine a ses caractéristiques propres ; Et ces différences permettent d’imaginer de nombreux produits différents en laines, selon leur gonflant, finesse, élasticité, douceur, feutrabilité, longueur, couleur, etc. Il est donc intéressant de trouver le meilleur débouché pour chaque type de laine.
Il est important aussi, pour trouver les meilleurs débouchés, de tenir compte des différences de volumes de laines différents selon les races.

Les débouchés
Les débouchés peuvent être industriels, semi-industriel (série) ou artisanaux. Pour qu’une véritable filière existe et réponde aux besoins de chacun des acteurs, il est nécessaire de trouver des débouchés des trois niveaux. Ces niveaux se complètent, mais nécessitent une méthode et des moyens différents pour être mis en place.
Certains débouchés existent déjà, d’autres sont possibles rapidement, d’autres restent à construire. Ils seront entre autres fonction de la (re)connaissance des qualités des laines locales.

Les débouchés industriels sont destinés aux gros volumes de laine. Ils nécessitent une standardisation importante des procédures, résultats et compétences. L’échelle de fabrication est internationale, mais européenne. Il y a une difficulté à trouver les entreprises/savoir faire, tant le secteur s’est disloqué. Exemples : isolant, feutre aiguilleté, couettes, coussins, tissu pour l’industrie du vêtement ou de l’ameublement.
Les débouchés semi-industriels ou de série utilisent des machines, mais de petite taille. L’échelle est régionale. Exemples : fils, objets en feutre, tapis feutrés...
Les débouchés artisanaux utilisent de faibles volumes. Les laines sont choisies par l’artisan ou l’artiste, selon ses critères, pour une fabrication manuelle. L’échelle est locale ou régionale. Les aspects culturels et patrimoniaux sont importants, parfois plus que les aspects économiques. La créativité des objets pour l’habillement, la décoration, l’ameublement, l’art a peu de limites.
Un quatrième débouché, quantitativement important, reste l’exportation de laine en suint. Elle doit être bien collectée et bien triée pour pouvoir en obtenir le meilleur prix.

La logique de réflexion et d’action de la filière laine

Le contexte
La Filière laine "à partir de la province de Luxembourg" ne nait pas à partir de rien, et vit dans un contexte à la fois porteur et contraignant. Avec le développement local comme point de départ et objectif, elle se développe dans toute la Wallonie et s’inscrit dans un réseau international.
Ce contecte influence les objectifs de la filière et renforce ou contraint ses acteurs.
Sur le plan des personnes et au niveau local, on remarque un renouveau de l’intérêt pour les matières naturelles, un intérêt sociétal pour le développement local et un intérêt pour de nouvelles fibres techniques. La laine correspond à ces critères, même si elle est méconnue.
Sur le plan national, il n’y a actuellement pas d’autre initiative en réseau. L’ancrage de la filière est en Province de Luxembourg, mais elle s’est tout de suite élargie à l’ensemble de la Wallonie, puisqu’il ne pourra y avoir de réussite qu’à cette échelle, voire plus large. On remarque de grandes difficultés du secteur lainier au sens large, et la disparition de nombreuses entreprises, machines et compétences.
Au niveau européen ou international, la Filière laine est en contact avec d’autres initiatives du même type, en Europe. Entre autre par sa participation à l’ATELIER Laines d’Europe (qui soutient et accompagne son travail), au séminaire International wool handling à Biella (Italie), au séminaire Laines des Pyrénées. La filière laine suit de près ce qui se passe autour de l’application de la réglementation européenne sur le transport de la laine en suint.

Les objectifs
La "Filière laine" cherche à valoriser localement l’ensemble des laines de nos régions.
Pour :
-  conscientiser le consommateur/citoyen à la valeur de la laine et à l’importance de cette filière,
-  préserver le travail des éleveurs ovins, professionnels et amateurs,
-  pérenniser le savoir-faire des artisan(e)s et travailleurs,
-  préserver et générer de l’activité autour des transformations de la laine,
-  rendre toute son utilité contemporaine à cette ressource naturelle, noble et durable qu’est la laine.
Autour de ces objectifs, un Comité de pilotage de la filière laine se réunit régulièrement et propose diverses actions et activités (formations, récoltes pilotes pour des couettes, site internet, visites d’entreprises, animations grand public, diffusion d’informations, études de marché, etc.).
Il souhaite trouver, appuyer ou susciter des valorisations de la laine tant au plan industriel que semi-industriel et artisanal ; en assurant au maximum la traçabilité de la laine.
Il estime que la filière laine peut être un outil de développement local durable.
La formation de tous les acteurs est constitutive des actions de la filière laine (membres du comité de pilotage, éleveurs amateurs et professionnels, grand public, artisans, associations, entreprises, etc.)
Le comité de pilotage de la Filière laine est composé d’éleveurs, artisans, associations et entreprises, c’est ce qui fait sa richesse et son défi.

Les acteurs
Les acteurs sont les membres du comité de pilotage cités ci-dessus, mais aussi les pouvoirs publics, l’ensemble des participants aux différents projets, tous les acteurs de la production et de la transformation de la laine, les partenaires internationaux, etc.
La charte relie ces acteurs. Ils réalisent les différentes actions de la filière laine.
La méthode proposée organise leur travail.
Leur action renforce et/ou contraint le contexte dans lequel ils évoluent.
Il y a dans le comité de pilotage des acteurs de nature et de grandeur très différente.
Chacun dans sa sphère participe à ce que la laine prenne plus de place dans la société : parce qu’elle est connue, parce qu’elle crée de l’activité/du revenu, parce qu’elle permet de réaliser des choses belles et créatives, etc.

La méthode
Le Comité de pilotage valide les axes de travail de la filière dans son ensemble et est informé des différentes actions entreprises par chacun. Il peut se diviser en sous-groupes, pour traiter de certaines actions ou thématiques. Le comité de pilotage veille à ce que les actions entreprises aillent dans le sens des objectifs communs. Chacun ayant toute autonomie pour prendre l’initiative de nouvelles actions répondant à ces objectifs. Les membres du comité de pilotage agissent dans la transparence des idées, propositions, actions et résultats
La Filière laine est soutenue principalement par la Province de Luxembourg, ainsi que par la Région wallonne et le Fonds social européen.

La charte
La charte, relie les acteurs, rend visibles objectifs communs, démontre du travail commun et rassure sur l’engagement et la fiabilité de chacun dans la durée. La charte facilite le travail de chacun dans un environnement complexe. Outre les signataires "de base" (comité de pilotage), elle peut être proposée à des signataires associés, pour l’une ou l’autre activité ou raison, à un moment donné ou un autre.

Les actions
Les actions sont déterminées par les objectifs de la filière laine. Elles sont réalisées par différents acteurs de la filière et permettent -entre autres- des débouchés à la production de laine sur le territoire.
Une trentaine d’actions ont été déterminées pour 2012. Elles sont classées en 9 axes :
-  Communication
-  Sensibilisation du grand public à la laine
-  Conscientisation des acteurs de la filière
-  Transmission, mise en évidence et augmentation des savoir-faire
-  Initiation ou accompagnement de nouveaux projets
-  Recherche de débouchés
-  Mise en filière au sens strict
-  Coordination générale
-  Mise en réseau, partenariats nationaux et transnationaux
Le contenu de ces axes et actions évolue en fonction du travail de la filière et du contexte. La liste des actions peut être communiquée sur simple demande.
La majorité de ces actions sont financées, en 2012 comme en 2011, par la Province de Luxembourg.
Chacun est invité à faire part de ses actions/réflexions/propositions qui vont dans le sens de la création d’une filière laines locales durable.

Signatures (mars 2012)


Charte de la Filière laine(Word)

Notre Filière laine


Annonces

Avec le soutien de

La Filière laine bénéficie du soutien de la Région wallonne et du Feder - Interreg VA Grande région

Une création 13pixels.be