Suivez le fil

"Tout est bon...dans le mouton wallon"

Article paru sur le site de "Maison de l’habitat durable". Quand la laine locale devient un matériau isolant pour un développement durable.

Vous avez probablement vu ou entendu la campagne de promotion de l’APAQ-W (L’Agence wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité) concernant la nouvelle pastille de reconnaissance au profit de tous les agriculteurs wallons. C’est un nouvel outil de promotion dans le but d’identifier clairement et rapidement les produits issus de l’agriculture wallonne. Consommez local, c’est plus durable… Chez-nous, on aime ce genre de promotion.

L’APAQ-W invite ainsi tous les producteurs et/ou transformateurs wallons, de toutes les filières de production, à apposer gratuitement la pastille Agriculture de Wallonie sur leurs produits. En gros, tout ce qui se met en bouche : pain, lait, volailles, fruits et légumes, miel, viandes bovine, porcine et ovine…

Mèèèèè, et la laine ? Dit le mouton. Et nous aussi d’ailleurs… On sait que ça ne se mange pas la laine. On sait aussi qu’on en fait des pulls, des feutres et… des isolants ! Pour rester dans cette logique : Consommez local, c’est plus durable… Nous nous sommes demandé s’il existe un producteur d’isolant en laine de mouton en Belgique ? Cela nous a conduit vers « la filière laine »…
La filière laine en Belgique

En 2010, Sophie Deger et Ygaëlle Dupriez, de l’asbl NGE2000, se rendent compte que l’exploitation de la laine de nos moutons pose des questions d’ordre économique, écologique et même éthique. En effet, au fil de conversations et de rencontres informelles, elles ont recueilli des témoignages interpellants venus de sources différentes.

Après quelques recherches, elles se rendent compte que la situation de la laine de mouton en Belgique est très contrastée :

Le côté négatif
- la disparition quasi totale - sur le territoire belge - d’entreprises travaillant la laine ;
- la quasi totalité de la laine récoltée part en Chine, sans exigence de qualité ;
- la méconnaissance de la laine de la part d’un grand nombre de professionnels (designers, industriels, artisans, bergers, etc.),
- la majorité des artisans achètent leur laine sur des sites internet. Elle provient d’Australie, en passant le plus souvent par la case « Chine » pour les opérations de lavage, cardage, teinture, etc.

Le côté positif
- la présence de nombreux éleveurs ovins, professionnels ou amateurs ;
- la présence à Verviers d’une des dernières entreprises de lavage de laine d’Europe ;
- la demande de consommateurs pour des matières naturelles, nobles, durables ;
- l’existence de nombreux artisans/artisanes qui travaillent la laine...

Deux questions se posent donc : Est-ce que la valorisation locale de la laine peut devenir un outil de développement local durable ? Et que faire, comment et avec qui ?

A l’issue d’une enquête et d’une rencontre de travail intitulée « Valoriser ICI la laine de moutons – Est-ce possible ? Avec qui ? Comment ? », un Comité de pilotage de la (future) Filière laine est mis en place et démarre ses travaux. Que vous pouvez découvrir sur ce lien : www.laines.be
Isoler en laine : faut-il craindre les mites ?

JPEG - 132.4 ko

Pour en revenir aux isolants ; la laine de mouton en isolation a la particularité de bien gérer l’humidité. Comme beaucoup d’isolants naturels me direz-vous. Oui, mais plus encore que les autres matériaux naturels, la laine de mouton peut tout de même prendre jusqu’à 30% de son poids en eau, tout en gardant ses propriétés isolantes. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne doit pas être du tout protégée de l’humidité. Malgré une densité faible (+/- 12 kg/m3) elle est un bon isolant phonique pour les bruits aériens. Ces propriétés sont notamment dues à sa structure en écailles de pomme de pin (observable au microscope). Ces écailles s’ouvrent en présence d’eau et la captent. Les irrégularités dans la surface du poil permettent également au matériau de piéger davantage les bruits aériens.

La laine de mouton n’attire pas les rongeurs, elle possède des capacités de rétractation qui empêchent les rongeurs de s’y installer. Mais qui dit « isolant en laine » pense immédiatement aux mites. En effet, les isolants se retrouvent la plupart du temps à l’abri de la lumière. Ils courent donc le risque d’être attaqués par les mites. Un traitement s’avère nécessaire ; mais lequel ? Les isolants en laine de mouton que vous trouverez sur le marché sont généralement traités avec du sel de bore. Souvent présentés en rouleau, ces isolants contiennent toujours +/- 10% de fibres synthétiques pour permettre leur tenue.

Vous trouverez ce type d’isolant généralement chez des revendeurs de matériaux naturels.


Tout est bon… dans le mouton wallon - Maison de l'habitat (...)(HTML)

Qu'est-ce que la pastille ?(HTML)

Notre Filière laine


Annonces

Avec le soutien de

La Filière laine bénéficie du soutien de la Région wallonne et du Feder - Interreg VA Grande région

Une création 13pixels.be